Les produits alimentaires issus de la mer, quel que soit leur type (poissons, fruits de mer, algues ; frais, séché ou congelé) sont des aliments de plus en plus recommandés, et donc demandés, en raison de leur intérêt nutritionnel : richesse en nutriments d'intérêt tels des protéines de haute qualité contenant des acides aminés essentiels et faciles à digérer, des oméga 3 ou encore des vitamines et des minéraux. Il est ainsi admis qu’une consommation de ces produits de la mer, même en petite quantité, a un impact positif sur la santé humaine 
(Fleurence et Levine 2016, Levine et Fleurence 2018). Par ailleurs, la demande en ces produits est d’autant plus grandissante que la population humaine augmente. Il a ainsi été estimé qu’il y aurait, entre 2009 et 2050, une augmentation de 70% de la demande mondiale d’aliments destinés à la consommation humaine ou animale (FAO 2009).   

Face aux coûts environnementaux de l’agriculture, à la stagnation des captures de la pêche et à la croissance continue de l’aquaculture marine depuis les années 80, il est espéré que cette dernière se poursuive de manière à ce qu’elle permette de combler une plus grande part des besoins alimentaires mondiaux, notamment en protéines (e.g. Gentry et al. 2017), avec une offre et une accessibilité accrues de ses produits. Cependant, les Nations Unies, tout comme l’Europe, ont souligné la nécessité que son développement se fasse de manière 
durable, en tenant compte des enjeux environnementaux, notamment en améliorant l’utilisation des ressources et en réduisant les déchets à tous les niveaux du système de production, dans une approche écosystémique (Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie 2015, FAO 2018,).  

C’est donc dans ce contexte global que l’équipe EVAD inscrit son projet. Grâce à la pluridisciplinarité de ses membres et de son réseau de collaborations régional, national et international, elle se concentre sur la thématique de la valorisation, aussi bien d’organismes entiers que de molécules, en milieu marin dans un contexte de développement de filières de production présentant une plus grande soutenabilité, une plus grande résilience et une plus faible empreinte écologique. Lors des études, une grande attention est ainsi portée aux installations, ressources et technologies disponibles dans le socio-écosystème applicatif considéré, à l’acceptabilité des produits et aux possibilités de commercialisation associées.  

Objectifs scientifiques 
L’équipe EVAD s’intéresse à différents aspects en vue du développement durable de l’aquaculture :  
- diversification des espèces aquacoles (macroalgues, mollusques, échinodermes…), 
- amélioration des méthodes de production et introduction de méthodes innovantes, 
- mise au point de procédés « bleus », innovants et doux, de transformation et d’extraction de molécules,  
- recherche de molécules d’intérêt dans les produits et co-produits aquacoles.